Vous êtes ici : accueil > Editos > édito du 4 mars 2017

Former la grande famille ivoirienne aidera le pays

4 mars 2017

La population d’un pays est comme une grande communauté. Pour que cette communauté vive dans la paix et la prospérité, elle doit se considérer comme une grande famille. Cela signifie qu’il faut accepter de vivre avec les autres, se connaître, s’entraider et apporter sa contribution à la communauté.

La Côte d’Ivoire peut devenir une grande famille où il fait bon vivre. Pour cela, chacun peut et doit contribuer à créer une nouvelle conscience collective. C’est la condition nécessaire pour installer la paix et la prospérité.



Pour qu’un pays soit en paix et prospère, il est nécessaire que sa population soit unie et responsable. Les habitants d’un pays doivent sentir qu’ils appartiennent à la même grande famille et qu’ils doivent lutter ensemble pour vivre bien et en sécurité. Quand on vit dans un pays, on a tout intérêt à ce que la vie dans ce pays soit agréable. Or cela est de la responsabilité de chacun, pas seulement du gouvernement ou des dirigeants en général. Chacun a une part de responsabilité et peut agir pour le bien du pays où il vit. Chacun peut contribuer à la paix et à la richesse de son pays.

C’est pourquoi, s’ils veulent vivre bien dans leur pays, les habitants de Côte d’Ivoire doivent prendre conscience qu’ils doivent former une grande famille. Cette grande famille ivoirienne peut se constituer et exister au-delà des différences d’origine, de religion ou de position politique. La paix et la prospérité de la Côte d’Ivoire ne seront possibles qu’à cette condition. Une nouvelle conscience collective doit se constituer dans le pays.



Pour former une grande famille, il est important de se connaître, d’accepter les différences et de s’enrichir de la différence des autres. Une communauté est formée d’individus qui ne sont pas des clones. Chacun a sa personnalité et ses particularités. Deux individus d’une même communauté peuvent être plus différents entre eux que deux individus de communautés différentes. On peut très bien s’entendre avec des personnes d’une communauté différente. Il suffit d’apprendre à se connaître et de partager des projets et de bons moments ensemble.

Il est important de s’entraider et de se soutenir. Car il n’est pas bon qu’il y ait des hommes dans la misère. Nous sommes tous des êtres humains, donc des frères et sœurs en DIEU. Nous ne pouvons pas laisser notre prochain dans le besoin sans réagir. Et ceux qui ont besoin d’aide aujourd’hui pourront être en mesure plus tard d’aider ceux qui sont dans l’aisance aujourd’hui et auront besoin peut-être d’aide plus tard.

Il est important de ne pas laisser certaines personnes de côté. Car si certains se sentent lésés, cela créera de la frustration et de la colère. Cela pourra générer à terme des tensions entre groupes de population et des risques pour la sécurité intérieure du pays.

Il est également important que chacun apporte sa contribution à la prospérité du pays. Chacun doit pouvoir travailler et participer selon ses capacités et ses moyens. Chacun doit aussi pouvoir contribuer à ce que les bonnes décisions soient prises pour la communauté et le pays. Chacun doit pouvoir s’exprimer et faire entendre sa voix. Le travail et l’expression individuelle doivent toujours se faire dans le respect de chacun. Il ne faut pas exploiter quelqu’un. Il ne faut pas non plus empêcher certaines catégories de personnes de faire un travail sans raison valable. Il ne faut pas opprimer quelqu’un pour ses opinions. Mais il faut aussi savoir s’exprimer sans humilier ni blesser inutilement.



Un pays doit être comme une grande communauté pour que l’on puisse y vivre dans la paix et la postérité. Et une communauté est comme une grande famille. Si vous voulez pouvoir vivre en paix et dans la prospérité en Côte d’Ivoire, faites donc tout pour que la grande famille ivoirienne devienne une réalité. Agissez et contribuez à la constitution de la nouvelle conscience collective autour de cette grande famille.


www.agi-ivoiriens.com - Association Générale des Ivoiriens (AGI) facebook