Vous êtes ici : accueil > Fraternité et économie > Le système financier mondial doit être réglementé

Le système financier mondial doit être réglementé

Notre société actuelle vit sur un modèle financier et économique très libéralisé. Ce système est-il bon pour l'homme ? Est-il pérenne ?
Le système financier actuel est au seul service de l'argent. Il ne vise plus à faire fonctionner l'économie. Et il n'a aucune considération pour la valeur humaine.


Un tel système est contraire à l'éthique et au bon sens. Il ne peut pas perdurer. Il est impératif que les pouvoirs politiques réglementent ce système.

Le système financier mondial est pris dans un tourbillon. Il ne remplit plus sa fonction initiale de faire fonctionner l'économie. Il ne vise plus que son propre intérêt.

Comment fonctionne le système financier ?

Tout d'abord, il importe de comprendre le fonctionnement du système financier actuel et ses liens avec l'économie. D'éminents experts et professionnels ont réfléchi et écrit sur ce sujet. Nous ne ferons que donner ici les grandes lignes – nécessairement simplifiées – des mécanismes du système.

Le système financier a initialement pour objectif d'aider les entreprises – et donc l'économie - à fonctionner en leur prêtant de l'argent. Mais depuis quelque temps, le système financier s'est modifié, et son objectif s'est réduit à faire les profits maximum grâce aux entreprises. La spéculation financière pour le gain a remplacé la logique d'investissements destinés à produire des biens et services.

Le système financier n'est donc plus au service de l'économie. Ce sont les entreprises qui sont au service du système financier.

De ce fait, l'économie dépend totalement des sociétés financières (banques d'investissements, fonds de pension, etc.). Les décisions des entreprises ne sont plus prises avec un objectif de pérennité à long terme de l'activité, mais de rentabilité à court terme pour les actionnaires. Donc, pour offrir les profits demandés par les actionnaires, les entreprises doivent réduire leurs coûts de production.

Pour cela, une entreprise cherche souvent à diminuer le coût de la main d'œuvre. Un moyen possible est de réduire le nombre d'employés : grâce à une plus grande mécanisation et/ou une augmentation de la productivité des travailleurs. Un autre moyen consiste à réduire les salaires individuels : souvent en délocalisant, c'est-à-dire en installant l'entreprise dans un pays à main d'œuvre moins payée. Dans tous les cas, les travailleurs ne sont considérés que comme un moyen de production, dont on cherche à réduire le coût pour faire gagner plus d'argent aux actionnaires.

Globalement, on constate donc que l'économie actuelle n'est plus un système qui vise à offrir des biens et des services à la population. L'économie est devenue un moyen d'enrichir les financiers.

Qu'engendre un tel système ?

Ce système engendre de grandes inégalités dans le partage de la richesse. En effet, ceux qui détiennent le pouvoir sur l'économie sont ceux qui possèdent déjà de l'argent. Leur action visant à faire des profits toujours plus importants, leur richesse augmente. L'écart de richesse se creuse alors avec les simples travailleurs, qui sont souvent la variable d'ajustement, ceux dont on réduit les salaires ou dont on augmente la charge de travail. Ces derniers subissent totalement le système et beaucoup s'appauvrissent.

Ce système engendre aussi une grande instabilité économique. En effet, les financiers sont déconnectés de la réalité des entreprises et encore plus des personnes qui y travaillent. Les financiers peuvent donc décider de dissoudre une entreprise ou de supprimer des emplois, uniquement parce que les profits ne sont pas jugés assez élevés. Par ailleurs, afin de gagner toujours plus, les financiers ont créé des outils extrêmement complexes, tellement complexes qu'ils sont parfois peu nombreux à vraiment les comprendre. Ces outils étant mal compris, ils sont mal utilisés (volontairement ou non). Et cela crée parfois de graves dérèglements, comme la crise des "subprimes" aux Etats-Unis en 2007 et le krach boursier qui a suivi en octobre 2008. Les effets en ont été dévastateurs : familles sans logement, faillites d'entreprises, augmentation du chômage, etc.

Ce système doit être réformé

Le système financier et économique actuel n'est donc pas au service de l'homme en général. Il n'est au service que de quelques hommes cupides. Non seulement, il n'est profitable qu'à un nombre réduit de personnes, mais il met en péril la survie du plus grand nombre.

Un tel système ne peut donc pas être pérenne. Il présente trop de risques de déstabilisation de notre société.

Il est donc impératif de changer ce système et de remettre l'homme au centre de tout. Aussi bien pour des raisons éthiques que pour des raisons de pérennité de notre société. Pour cela, le système financier doit être beaucoup plus réglementé. Il ne faut plus laisser le pouvoir à ceux qui ont de l'argent.

Les pouvoirs politiques peuvent et doivent agir dans ce sens. L'opinion publique peut les y inciter. Nous constituons l'opinion publique. Nous devons donc prendre conscience que le système actuel est inacceptable et doit être réformé. Nous devons éviter d'y participer et nous devons faire pression sur le pouvoir politique pour qu'il le réglemente.

www.agi-ivoiriens.com - Association Générale des Ivoiriens (AGI) facebook